Quantcast

[Mise à jour 7/12] Mobilisations dans les lycées - informations et communiqués

mardi 11 décembre 2018
par  Snes S3 SV

[Mise à jour 7/12]
La section académique du SNES-FSU a découvert les images de l’arrestation de 142 jeunes à proximité du lycée Saint-Exupéry, à Mantes la Jolie (78) le jeudi 6 décembre. Elle dénonce avec force une mise en scène ignoble orchestrée par les forces de l’ordre : des lycéens, des jeunes, parqués, agenouillés, les mains sur la tête, sous des commentaires ironiques qui confinent à l’insulte.
Ces images sont insupportables et indignes de notre démocratie. Nous ne pouvons tolérer que des jeunes soient ainsi humiliés.

La lumière doit être faite dans les plus brefs délais sur la chaine de commandement et de responsabilités au sein des forces de l’ordre qui a conduit à de tels agissements, et les conséquences devront en être tirées rapidement.

[Mise à jour 6/12]
La section académique condamne fermement toutes les violences, quels que soient leurs auteurs, alors même les lycéens, en grande majorité, se mobilisent dans le calme et pacifiquement. Les interventions souvent disproportionnées des forces de l’ordre ont conduit à des blessures graves des lycéens. La répression policière doit cesser.
Alors que le Ministre en appelle à la responsabilité des personnels, le SNES-FSU Versailles rappelle que, depuis plusieurs jours, ces mêmes personnels, inquiets pour la sécurité de leurs élèves, ont été nombreux à les aider et les protéger pour éviter que les manifestations pacifiques dégénèrent. Sous-entendre, d’une manière ou d’une autre qu’ils n’ont pas été à la hauteur est profondément méprisant pour les personnels, mais cela n’a rien de surprenant venant d’un Ministre qui en a fait sa marque de fabrique. Il y a pourtant urgence à écouter et entendre les revendications des élèves et des personnels. Le Ministre et le gouvernement portent une lourde responsabilité dans la situation actuelle.

La section académique du SNES-FSU appelle les personnels à se tenir aux côtés des lycéens, notamment en leur permettant de tenir des réunions, AG, à l’intérieur des établissements, en sécurité, faisant ainsi valoir leurs droits pour faire vivre la démocratie lycéenne.
Le SNES-FSU de l’académie de Versailles intervient également auprès du Rectorat pour que l’Administration assume ses responsabilités en matière de sécurité des personnels, de trop nombreux collègues sont laissés dans l’incertitude et sans information sur ce qu’ils doivent faire dans des contextes dangereux.
Communiqué du SNES-FSU : Pour plus de justice sociale à l’Ecole

[Mise à jour 5/12]
Dans notre académie, comme dans d’autres, les lycéens se mobilisent depuis plusieurs jours à l’appel des organisations lycéennes contre ParcourSup, la réforme du bac et du lycée, le SNU (service national universel) et les conditions d’études dans les lycées (classes surchargées), rejoignant ainsi les revendications exprimées depuis plusieurs mois par une grande partie des personnels et le SNES-FSU. Dans plusieurs établissements, ces mobilisations ont donné lieu à des violences de la part d’éléments extérieurs aux lycées. Les interventions souvent disproportionnées des forces de l’ordre ont également conduit à une brusque montée des tensions, et des élèves ont été gravement blessés. La section académique condamne fermement tous ces actes violents, quels que soient leurs auteurs, alors même les lycéens, en grande majorité, se mobilisent dans le calme.

Dès lundi, nous sommes intervenus auprès du Rectorat, pour dénoncer les interventions violentes et souvent sans discernement des forces de l’ordre contre les lycéens et pour exiger que les droits des lycéens à manifester et s’exprimer soient respectés. L’Administration doit aussi assurer la sécurité des personnels et ne pas les mettre en danger par des décisions inadaptées.
Nous avons appelé aussi l’Administration, à tous les niveaux, à commencer par le niveau national, à prendre la mesure de la gravité de la situation. Une réponse uniquement sécuritaire, l’absence de considération ministérielle et gouvernementale pour un mouvement lycéen qui exprime des revendications légitimes ne peut que conduire à un pourrissement de la situation dont le gouvernement sera responsable. Le Ministre de l’Education Nationale doit entendre sans tarder les représentants des lycéens et des organisations syndicales, notamment leurs revendications d’abandon des réformes du lycée, du bac et ParcourSup.

Communiqué du SNES-FSU le SNES-FSU met en garde le gouvernement et appelle les personnels de l’Education Nationale à entrer en action
Communiqué de la FSU La FSU demande au Ministre d’entendre les inquiétudes de la jeunesse