Face aux postes non pourvus, système D et bricolage dans l’académie !

jeudi 3 novembre 2016
par Snes S3 SV

Il y aura bien un professeur devant chaque élève à la rentrée...La formule est un rituel des conférences ministérielles de rentrée, et la rentrée 2016 n’y a pas échappé. Pourtant, dans l’académie de Versailles, les voyants étaient au rouge dès juin 2016 et la fin du mouvement intra-académique.

Près de 316 postes vacants, en raison de la crise de recrutement qui perdure (communiqué du SNES sur les résultats aux concours 2016) avec des disciplines particulièrement sinistrées : 64 postes vacants en technologie, 190 en mathématiques par exemple. L’Essonne et le Val d’Oise étaient particulièrement touchés : 135 postes vacants en mathématiques dans le 95, la plupart dans les secteurs de l’Education Prioritaire, dont 19 et 22 sur les bassins d’Argenteuil et Sarcelles. Les moyens de remplacement étant très vite absorbés, le recrutement des contractuels est devenu la seule réponse de l’Administration face à la crise, contribuant ainsi à la persistance d’une certaine précarité dans la Fonction Publique.

Face à ces difficultés qui perdurent, l’Administration a multiplié les solutions qui relèvent du bricolage institutionnalisé
– annonce sur le site de Pôle Emploi dès le 25/08

– l’espagnol est une discipline dans laquelle les postes vacants sont particulièrement nombreux cette année. L’introduction de la LV2 en 5e dans le cadre de la réforme du collège a produit des besoins grandissant visiblement peu ou pas anticipés. Résultat de très nombreux postes non pourvus (par exemple, au début du mois d’octobre, deux postes n’étaient pas occupés dans un des collèges de Grigny, si bien qu’aucune classe de 5e n’avait alors cours d’espagnol !). Le Rectorat de Versailles s’est donc tourné vers les ambassades hispanophones pour recruter des contractuels.
PNG - 51.8 ko

Annonce sur le site de l’ambassade France en Espagne

Message de l’ambassade d’Uruguay
Copie du mail envoyé par l'ambassade d'Uruguay à ses ressortissants
 - JPEG - 60.9 ko


Interpellé par le SNES-FSU lors du CTA de bilan de rentrée, le Recteur a réfuté le terme de bricolage, mais les faits sont là et ils sont têtus : dans l’académie de Versailles, l’Administration a un recours au système D qui en dit long sur les effets persistants de la crise de recrutement.

Face à ces situations inacceptables, les parents ne sont pas restés sans réaction :
annonce sur le Bon Coin et manifestation à Herblay (95)
dépôt de plainte possible contre l’Etat par les parents du lycée l’Essouriau (91) :

La gravité et la persistance du problème a même conduit certaines mairies (Asnières et Clichy) à proposer de recenser les absences des professeurs pour pouvoir trouver une solution plus rapidement ! Cette initiative, scandaleuse à plus d’un titre, a été dénoncée par la section académique du SNES-FSU qui est immédiatement intervenue auprès du Rectorat pour demander que tout soit mis en œuvre pour que cette initiative soit arrêtée.
Vrai problème, fausse solution, quand le Maire d’Asnière recense les profs absents

Enfin, le lundi 17 octobre, la Ministre de l’Education Nationale tenait une conférence de presse pour présenter les solutions retenues pour faire face au problème de remplacement. En annonçant sa volonté de réactiver les dispositions d’un décret massivement rejeté par les personnels (décret De Robien datant de 2005), tout en éludant le problème des remplacements de plus de 15 jours, la Ministre a de nouveau joué la partition d’une opération de communication bien orchestrée, mais qui est très loin de répondre aux besoins des élèves et des établissements. Communiqué du SNES-FSU - Remplacements, nouveau coup de com’ de la Ministre

Il ne suffit pas de compter sur l’augmentation du nombre de postes aux concours pour résorber la crise de recrutement. Pour le SNES-FSU, il y a urgence à mettre en place des pré-recrutement, et à revaloriser nos métiers (salaires, notamment en début de carrière, et conditions de travail )


Derniers articles publiés