Les représentants de la FSU 78 refusent de sièger au CTSD : communiqué de presse

jeudi 28 mars 2013
par Snes S2 Yvelines

Trappes, le 28 mars 2013

Préparation de rentrée scolaire second degré 2013 dans les Yvelines : Les représentants FSU (SNES, SNEP et SNUEP) des personnels refusent de siéger aujourd’hui au Comité Technique Départemental
57 emplois en plus mais l’administration continue de supprimer des postes

Selon le Ministre de l’Education nationale, la rentrée 2013 devrait être celle du changement. Dans le département des Yvelines, cet engagement ne se traduit pas, pour le moment, dans la réalité !

Les opérations de préparation de la rentrée 2013 montrent que celle-ci sera aussi difficile que la rentrée 2012, considérée comme la pire rentrée jusqu’alors. Dans les collèges et les lycées, les moyens supplémentaires (57 emplois) ne compensent pas la hausse des effectifs (+534 en collèges et 471 en lycées). De ce fait le taux d’encadrement (H/E) ne s’améliore nullement dans les collèges, et accuse une baisse du H/E de 0,02 dans les lycées. Ainsi, la pénurie continue de s’imposer avec des effectifs chargés dans les classes, la raréfaction des dédoublements, la disparition d’options…

A la veille du Comité Technique Départemental des Yvelines, les projets de l’Administration remis aux élus des personnels, se traduisent par des suppressions de postes plus nombreuses que les créations, en dépit d’une dotation d’emplois supplémentaires dans le 2nd degré (25 dans les collèges et 32 dans les lycées). C’est le cas tout particulièrement dans les lycées professionnels, généraux et technologiques, où les réformes Chatel continuent de produire leurs effets pervers.

Cette situation, si elle se confirme, conjuguée à l’utilisation des stagiaires comme moyens d’enseignement et à l’inflation d’heures supplémentaires, entraînera de nouvelles dégradations. Ce sont les élèves et les personnels qui vont pâtir de ces choix en terme de conditions d’études et de travail.

En dépit des annonces gouvernementales affichées sur la priorité donnée à l’Education, le Service public d’éducation continue d’être dégradé. La rupture avec les politiques précédentes, pourtant indispensable, n’est pas là. Pour toutes ces raisons, les représentants FSU des personnels ont refusé de siéger aujourd’hui et sont déterminés à obtenir le maximum de créations de postes lors du Comité technique Départemental reconvoqué le 29 mars. Cette exigence d’ambition pour la jeunesse et pour le service public d’Éducation sera portée par la FSU lors de la manifestation nationale à Paris le 6 avril.


Derniers articles publiés