Hauts de Seine : CTSD créations et suppressions de postes : un bilan bien sombre

mardi 10 mars 2020
par  Snes S2 Hauts de Seine

Le CTSD créations et suppressions de postes s’est tenu le mardi 10 mars. Alors que les collèges et lycées accueilleront environ 600 élèves de plus, les conditions d’enseignement seront encore plus dégradées à la rentrée 2020.
En effet, comme le laissait craindre l’annonce des DHG, la volonté de supprimer des postes, compensée par une forte hausse du nombre d’HSA, a de fortes incidences. Au nom de la logique comptable et de « l’enveloppe budgétaire contrainte », le solde des postes est négatif.

  54 postes en moins dans le département

Au total, ce sont 54 postes qui disparaissent dans le département. La direction académique annonce la création de 109 postes mais 164 postes sont supprimés, dont 70 occupés. Les mathématiques et les Lettres Modernes sont tout particulièrement touchées avec un solde négatif de 15 et 14 postes.
De nombreux postes créés répondent en réalité aux besoins du nouveau lycée de Boulogne et du lycée Aubrac de Courbevoie.
Ce bilan risque d’être alourdi par les décisions prises en CTA concernant les postes spécifiques, notamment en EREA.
En revanche, l’Ecole européenne bénéficie de nouvelles créations, au détriment donc des établissements lambda du département.

 les langues à faible diffusion et les lettres classiques toujours sur la sellette

Comme l’an dernier, nous notons que la priorité donnée aux langues rares et aux langues anciennes n’est que cosmétique. En effet, le nombre de postes d’Allemand continue de s’éroder et l’enseignement de l’Italien dans certains collèges est à nouveau menacé. On voit ici encore les effets délétères de la volonté de ne pas financer les groupes supplémentaires de langues en collège.

 51 postes supprimés en collège

Alors que les collèges vont absorber la majorité de la croissance démographique, 51 postes sont supprimés et 24 sont créés. Cela confirme la tendance à l’alourdissement de la charge de travail, par le jeu des HSA, ainsi que la détérioration des conditions d’enseignement. Nous avons dénoncé cette évolution qui touche tout particulièrement les collèges de l’Education prioritaire.

 Les premiers effets de la réforme du lycée

L’abandon de la troisième spécialité en terminale et la mise en danger des enseignements optionnels accentuent les tendances de l’an dernier. 96 postes sont supprimés, dont 50 occupés ! Les Mathématiques sont particulièrement concernées. De plus, la concentration des suppressions dans certains bassins mettra les collègues souffrant d’une mesure de carte scolaire en grandes difficultés puisqu’il leur sera quasiment impossible de retrouver un poste équivalent.

 Le SNES à vos côtés : défense des postes et des conditions d’enseignement

Lors du GT, nous avons été les seuls à intervenir sur la situation de chaque établissement et à défendre soit la création de postes, soit l’annulation de suppressions. Nous avons aussi vérifier les postes à complément de service et proposer des augmentations de BMP pour permettre aux TZR de disposer de postes complets dès la phase d’ajustement de juillet.
De nombreuses demandes n’ont pas été satisfaites. Nous avons cependant obtenu la création de 7 postes !

 conseils et rappels

Les postes à complément de service  : Nous vous rappelons que, si le complément de service est effectué dans une autre commune, vous avez droit à une heure de décharge qui peut donc couvrir la première HSA obligatoire.
Que faire en cas de mesure de carte scolaire ?

Si vous êtes victime d’une mesure de carte scolaire, il faut respecter un certain nombre de règles pour bénéficier de la bonification de 1500 points. Elles sont rappelées sur notre site et dans la brochure intra 2020 qui sera disponible dans la semaine. Vous trouverez les premiers conseils dans cet article :
http://www.versailles.snes.edu/spip...
la brochure intra du Snes Versailles que vous recevrez
http://www.versailles.snes.edu/spip...

Dans le contexte de la suppression du paritarisme, il est essentiel de nous contacter pour que vous soyez défendus et pour que vous ne soyez pas seuls face à l’administration !

 Pourquoi un vote contre

Vos élus FSU ont voté contre ce projet de l’administration. Certes, il y a eu des améliorations, grâce au dialogue avec les services, mais le solde négatif présage encore d’une rentrée difficile. Le compte n’y est pas. Les DHG insuffisantes et la politique de réduction des postes ne peuvent aboutir qu’à une dégradation des conditions de travail et nuire à la réussite des élèves. A noter que le SNALC a refusé de se prononcer sur les créations et suppressions de postes qui sont pourtant déterminantes pour nos conditions de travail !
Récapitulatif des votes

Contre : FSU, CGT, FO, SGEN-CFDT, UNSA
Abstentions : SNALC
Vos élu-e-s en Comité technique Julien Beaussier, Marie-Pierre Carlotti, Geneviève Royer et Marian Petitfils. Pour le SNEP-FSU : Christel Giroud

déclaration préalable de la FSU 92