Retraités Circulaire 13 novembre 2017

lundi 13 novembre 2017
par Snes S3 JJD

 Assemblée Générale des Retraité.e.s

du Snes de l’académie de Versailles

Lundi 27 novembre 2017

à Paris, au siège du SNES national46 av. d’Ivry (m° Olympiades) 14h- 16h30

ODJ :

  • 14h-15h30 - les Retraités coûtent-ils trop cher à la société ? Débat présenté par Daniel RALLET Responsable national de la section des retraité.e.s du SNES
  • 15h30- 16h30 - actualités/actions
  • Pot, amical bien sûr
PDF - 211 ko
Circulaire retraités complète

 Edito

Conséquences de progrès dans divers domaines et de conquêtes sociales (Sécurité Sociale et droits du travail notamment, mis en péril aujourd’hui), l’allongement de l’espérance de vie et l’augmentation du nombre des retraité.e.s constituent un défi nouveau pour la société.

Nous savons la réponse qu’y apportent les politiques libérales : au nom de la dette et des déficits publics dont les causes méritent d’être élucidées, il faut réduire la dépense publique et ce faisant, offrir aux prédateurs des profits des pans entiers de la vie humaine.

Baisse des pensions organisée par les réformes successives, ponctions fiscales sur les revenus des retraité.e.s, gel ou report de la « revalorisation » des pensions, insuffisance des moyens pour l’aide à l’autonomie sont les « remèdes » de l’austérité jugée nécessaire. E. Macron et son gouvernement n’ont décidément rien inventé. Il y a pourtant d’autres alternatives.

Dans un contexte de chômage de masse, de précarité et de plus grande pauvreté, culpabiliser, diviser, stigmatiser sont de vieilles recettes toujours réinventées pour faire accepter une forme d’exclusion sociale. Il faut sans cesse déconstruire les images mensongères, les faux-semblants rhétoriques.

Les projets de budgets en débat au Parlement, avec leurs injustices et leurs partis pris pourront offrir matière à travaux pratiques ! Après d’autres révélations, celles des Paradise papers lèvent un peu plus le voile sur ces milliards dont on voudrait nous faire croire qu’ils irriguent la société quand ils sont détournés par l’évasion fiscale.

N’y a-t-il pas de quoi conforter les retraités dans leurs revendications pour augmenter leur pouvoir d’achat, développer la protection sociale, les services publics ? Des retraités seront aussi dans les rangs de la FSU qui vient de s’associer à l’action intersyndicale du jeudi 16 novembre avec la CGT, FO, Solidaires, UNEF, UNL, FIDL.

D’autres formes de résistance s’organisent car la réalité fait craquer le carcan des orientations politiques. Pour la première fois, l’association des directeurs au service des personnes âgées (AD-PA) et des représentants des personnels des établissement d’hébergement des personnes âgées CGT, CFDT, CFTC, FO et UNSA ont protesté ensemble publiquement contre « des conditions de travail proches de l’usinage » et réclamé des moyens à la hauteur. Trop cher un accueil plus humain ?

La commission de l’Âge installée au sein du Haut Conseil de la Famille, de l’Enfant et de l’Âge a proposé comme premier thème de travail l’étude du recours aux assurances privées pour la dépendance !

Les représentants des 9 (dont la FSU) ont boycotté la séance, suivis par d’autres, empêchant ainsi d’obtenir le quorum. Et les 9 demandent à être reçus par le Président de la commission pour développer leurs revendications, notamment celle de la prise en charge de la perte d’autonomie par la Sécurité Sociale, dont on mesure bien le rapport de force qu’elle implique.

Nous n’épuiserons certainement pas le sujet proposé mais l’enjeu d’un débat est aussi de nourrir la mobilisation.

Martine Beaulu-Barlier


Derniers articles publiés