Yvelines : taux d’encadrement Vie Scolaire en baisse pour la rentrée 2015

mercredi 17 juin 2015
par Snes S2 Yvelines

Le CTSD consacré au moyens vie scolaire qui a eu lieu le Vendredi 12 Juin ne laisse guère espérer d’amélioration dans ce domaine pour la rentrée 2015. Alors qu’une forte augmentation des effectifs est attendue en lycée, et que les collèges sont déjà malmenés par les fermetures de divisions et suppressions de postes, aucune augmentation des moyens vie scolaire n’est prévue pour la rentrée 2015. Les moyens resteront constants, à la hauteur de 1387 ETP (équivalents temps plein) pour les Yvelines, ce qui signifie concrètement encore une baisse du taux d’encadrement puisque les effectifs, eux, seront en hausse.

Devant la pénurie de moyens, l’essentiel des propositions faites par la DSDEN consiste à prendre des moyens à certains établissements où les besoins sont jugés moindres pour les attribuer à d’autres. Ainsi, a été annoncée la suppression de six demi-postes d’AED qui seront réimplantés dans quelques établissements où les effectifs sont en forte augmentation, ou dont la dotation est considérée insuffisante. Les critères utilisés pour l’attribution des moyens sont les suivants : effectif constaté à la rentrée 2014, évolution de l’effectif sur plusieurs années, CSP, nombre de demi-pensionnaires, existence d’un internat, d’une SEGPA ou d’une ULIS. A ce jour, il reste encore l’équivalent de 1,30 ETP à attribuer. Concernant les dotations provisoires, la DSDEN attend de savoir si elles seront reconduites pour les réattribuer aux établissements qui en disposaient pour l’année 2014-2015.

Les élus du SNES-FSU sont intervenus sur toutes les situations d’établissements où l’augmentation des effectifs paraissait justifier un abondement des dotations vie scolaire, ou lorsque qu’une situation particulière le justifiait (établissement en éducation prioritaire, problème de locaux, travaux …)

Nous avons également souligné dans notre déclaration préalable (téléchargeable ci-dessous) le fait que plus d’une vingtaine d’établissements des Yvelines réclament l’attribution d’un demi-poste ou d’un poste de CPE ou de proviseur adjoint. Nous avons demandé l’élargissement de l’ordre du jour afin que les élus puissent avoir une vision d’ensemble sur l’attribution des moyens hors enseignement : CPE, Proviseurs Adjoints, CUI, AED, mais aussi infirmiers, médecins scolaires et assistants sociaux.

Nous avons également évoqué la question des missions particulières, demandant que soit réaffirmée la possibilité de rémunérer sous forme de décharge de service plutôt qu’en IMP les missions les plus lourdes telles que la coordination EPS ou la maintenance des réseaux informatiques, mais aussi tout autre mission particulière, dès lors que les collègues en expriment la demande. Le SNES appelle les collègues à se mobiliser dans les établissements pour obtenir que toute la transparence soit faite sur la répartition des IMP et obtenir que soient rémunérées en priorité les missions de coordinateur de discipline et de référent TICE, et de combattre toute instauration de hiérarchie intermédiaire par la mise en place de coordinateur de niveau ou de cycle. Voir http://www.versailles.snes.edu/spip.php?article3569

Au lendemain de la mobilisation du jeudi 11 juin contre la réforme du collège, qui a, pour la seconde fois, mobilisé massivement la profession contre la réforme du collège, nous avons rappelé la détermination du SNES-FSU à poursuivre la mobilisation et présenté le vœu suivant avec FO : La réforme du collège, publiée le 20 mai au lendemain de la grève majoritaire dans les collèges et méprisant ainsi les personnels, ne résoudra en rien les difficultés actuelles du collège. Sans répondre aux véritables besoins du collège, elle ne ferait en outre, si elle était mise en œuvre en 2016, qu’engendrer davantage d’inégalités entre les élèves, aggraver les conditions de travail des personnels, mettre en concurrence personnels, disciplines et établissements. Les organisations syndicales FSU et FNEC-FP FO saluent la détermination et la mobilisation des personnels qui se sont exprimées dans la grève et les manifestations du 11 juin. Elles rappellent leur opposition à la réforme, leur demande d’abrogation du décret et de l’arrêté, leur refus de toute négociation sur des textes d’application et leur exigence de nouveaux textes réglementaires intégrant les demandes des personnels. POUR : 5 (FSU, FO) - CONTRE : 2 (UNSA) - ABST. : 1 (CFDT) - SNALC : absent

Enfin, à la demande de la FSU a été ajouté à l’ordre du jour la question de la répartition des secteurs d’intervention des assistantes sociales des Yvelines. Le fait qu’une place soit accordée à une discussion sur ce sujet est certes une avancée. Néanmoins, l’intervention de Nathalie Hennequin, secrétaire académique du SNUAS-FP, invitée en tant qu’experte à la demande de la FSU, a fait apparaître les manques criants de moyens attribués aux services sociaux, avec 25% des établissements des Yvelines sous dotés ou pas dotés du tout. Cette situation fait d’une véritable discussion sur les moyens un préalable indispensable à toute discussion sur la redéfinition des missions des assistants sociaux. La DSDEN admet l’existence d’une pénurie de personnels, mais dans ce domaine comme dans celui de l’éducation, c’est la logique de l’austérité qui s’impose. Dans la mesure où les créations de postes ne sont pas prévues à la hauteur des besoins, les seules solutions évoquées par l’administration consistent en des palliatifs tels qu’un travail sur une optimisation des moyens, sur l’amélioration de la coordination entre les différents acteurs et une amélioration de la formation des personnels.

Frédéric Lesne, Delphine Romagny, Yannick Leroy.


Documents joints

déclaration préalable FSU78
déclaration préalable FSU78

Derniers articles publiés