ERS sans surveillants au collège J Perrin Nanterre : le SNES demande la fermeture

dimanche 28 novembre 2010
par Snes S2 Hauts de Seine

L’ERS ouvert à marche forcée le 13 octobre 2010 au collège Jean Perrin à Nanterre « fonctionne » depuis cette date... en dépit du vote contre du Conseil d’Administration du collège, sans projet pédagogique, sans matériel... mais aussi sans aucun surveillant ! Le 23 novembre, le SNES départemental et académique a donc écrit au Recteur et à l’Inspecteur d’Académie pour demander la fermeture immédiate de cette structure et l’ouverture de négociations.

Comment en est-on arrivé à une situation aussi problématique ?

Les ERS, un affichage politique

En contradiction avec les conclusions des chercheurs et des praticiens réunis aux Etats Généraux sur la violence scolaire, L. Chatel annonçait en mai, pour la rentrée 2010 (soit 3 mois plus tard !) l’ouverture d’une dizaine d’ERS au plan national. Ces structures regroupant, « pour une durée d’un an au moins », 15 à 30 élèves de 13 à 16 ans « particulièrement perturbateurs » exclus par conseils de discipline, reposent sur des présupposés très discutables (regroupement des élèves perturbateurs, stigmatisation, éloignement comme panacée), un projet pédagogique éculé (de la discipline, le Socle, et beaucoup de sport !), un personnel « motivé » mais pas spécialement formé (profs recrutés sur profil bivalent, AED, « volontaires du service civique » sans aucune qualification…). Mais tout se fait dans l’urgence, puisque le Ministre inaugure à la rentrée !

Dans les Hauts de Seine comme partout, le CA est mis devant le fait accompli – d’abord à Dunant Colombes puis au collège Jean Perrin à Nanterre, où l’ERS est transféré, un incendie accidentel ayant détruit le gymnase de Dunant.

Au CA de J Perrin, les représentants des parents et des enseignants comme ceux de la municipalité votent contre l’implantation, précipitée et sans concertation, dans un collège RRS qui fait sa réouverture après 2 ans de travaux, avec une Segpa, un Internat d’excellence, des classes chargées, la suppression d’un projet d’aide aux élèves de 6e en difficulté. Les personnels font grève à 100% le 11 octobre, avec le soutien des parents : « Ne chargez plus la barque ! » du collège Jean Perrin !

JPerrin
 - JPEG - 1.8 Mo

L’ERS est ouvert d’autorité le 13 octobre, neuf élèves y sont affectés, l’inauguration est prévue le 14 octobre en présence du Ministre Luc Chatel, d’Isabelle Balkany et Patrick Devedjian....

La FSU annonce une manifestation à Nanterre pour soutenir le rassemblement des parents et des personnels : l’inauguration est reportée.

Mais depuis, malgré les lettres et délégations communes parents-professeurs à l’IA et au Rectorat, malgré les arguments de la FSU en CDEN, Rectorat et IA restent arc-boutés sur le fait accompli et assurent que l’ERS est un excellent projet, plein d’avenir et que tout va bien se passer…

Il est vrai qu’à la différence d’autres ERS, aucune violence n’est à déplorer : les élèves nanterriens ne sont ni placés en internat, ni expédiés à la campagne. Mais au 22 novembre encore, l’ERS n’a ni projet pédagogique, ni matériel, ni téléphone, ni aucun des surveillants, animateurs et éducateur promis ! Tout repose sur un prof coordonnateur qui joue les Maître Jacques !

Derrière l’affichage « expérimental », c’est l’opacité : aucun projet pédagogique n’est présenté au CA pour l’ERS, pas de convention avec les associations qui interviennent à l’ERS.

La précarité forcenée : au lieu de recruter les 2 surveillants promis sous statut AED (bac minimum, contrat 1 an minimum renouvelable jusqu’à 6 ans), il est imposé de recourir au contrat aidé CUI (pour chômeur de longue durée en grande difficulté sociale, sans aucune qualification, contrat 6 mois renouvelable dans la limite de 2 ans).

Le redéploiement de bouts de chandelles : l’ouverture de l’ERS coincide avec la fermeture de la classe relais de V Hugo Nanterre, celle de Dunant n’est pas rouverte à ce jour... les capacités d’accueil pour les élèves absentéistes en voie de décrochage sont donc réduites, pour financer la création de l’ERS sans que cela coûte trop cher !

Suite à la lettre du SNES au Recteur et à l’IA,

Word - 32.5 ko
Lettre SNES/Recteur+ IA ERS 23-11-10

et à la lettre des parents et professeurs de Jean Perrin,

Word - 28 ko
Lettre parents-profs ERS JPerrin 22-11-10

la révélation du fonctionnement « sans filet » de l’ERS fait scandale. La presse s’en fait l’écho, par ex : http://www.leparisien.fr/hauts-de-s...

Mais le passage en force au mépris des règles continue de plus belle : pression sur les AED de Jean Perrin pour qu’ils aillent surveiller l’ERS alors que cela n’est pas prévu à leur contrat ; tentative de recruter des CUI sans demander l’autorisation préalable du CA sous prétexte qu’il a jadis autorisé le recrutement de CAE (en 2007-2008, pour des tâches administratives, et alors que l’ERS n’existait pas). On apprend que l’IA impose le recrutement d’un CUI dans un autre collège de la ville (Paul Eluard), pour qu’il soit affecté à l’ERS à Jean Perrin : là encore, on ne consulte ni le CA de J Perrin, ni celui de P Eluard... établissement qui a fait grève à la rentrée notamment à cause de la réduction prévisible des ses propres moyens de surveillance....

Où est l’intérêt des élèves qu’on prétend aider ? Quand s’arrêtera la fuite en avant ?

Dans ces conditions le SNES académique et départemental, de même que les parents et les personnels, demandent plus que jamais au recteur et à l’IA la mise à plat de l’ERS et l’ouverture - enfin ! - de négociations.


Derniers articles publiés