Plan académique de Formation 2008

Mode d’emploi et enjeux
lundi 9 juin 2008
par Secteur lycées

Le PAF a été présenté au CTPA du 26 mai. Il a été précédé d’une réunion le 20 mai avec la DAFPEN ( le service académique concerné ), réunion purement virtuelle puisque nous y avons appris que le PAF 08-09 était « entièrement bouclé ». Comme pour les PAF précédents, il n’y a donc eu ni présentation ni discussion sur les principes qui ont présidé à son élaboration, les équilibres retenus notamment par l’Inspection pédagogique, en terme de formation didactique. (...)

Le Plan Académique de Formation (ou PAF) pour l’année scolaire 2008-8009 est disponible et vous pouvez vous y inscrire du 26 mai au 23 juin puis du 1er au 18 septembre. Vous pouvez consulter le PAF et vous inscrire directement sur : http://www.ac-versailles.fr/paf/ .

Des informations relatives aux modalités d’inscription sont aussi disponibles sur notre site en fichier PDF : www.versailles.snes.edu/ collèges lycées rentrée/ art. PAF.

Manque de transparence et de dialogue persistant dans l’élaboration du PAF :

Le PAF a été présenté au CTPA du 26 mai. Il a été précédé d’une réunion le 20 mai avec la DAFPEN ( le service académique concerné ), réunion purement virtuelle puisque nous y avons appris que le PAF 08-09 était « entièrement bouclé ». Comme pour les PAF précédents, il n’y a donc eu ni présentation ni discussion sur les principes qui ont présidé à son élaboration, les équilibres retenus notamment par l’Inspection pédagogique, en terme de formation didactique. Chaque année pourtant nous relayons les critiques des collègues : PAF trop centré sur les attentes ministérielles (nouveaux programmes, socle commun, CECRL...) et pas assez sur certaines formations de type universitaire ou traitant de difficultés didactiques précises par exemple.

Un manque inquiétant d’attractivité

Ce bilan est fait par l’Administration elle-même qui reconnaît qu’un nombre insuffisant de collègues s’inscrit à une action de formation : seulement 55% des enseignants y participent. En plus, ce chiffre inclut « les publics désignés » par l’Inspection pédagogique. ( publics concernés entre autres par les nouveaux programmes ou des difficultés particulières, voire par les stages d’établissement).

Pour nous, de nombreuses raisons peuvent expliquer cette « désaffection » : certaines sont liées à la pénibilité grandissante du métier et de ses conditions d’exercice, affectations sur plusieurs établissements, nécessité de « terminer » le programme, charge de travail, réunions diverses dont les conseils de classe, pressions locales voire refus du chef d’établissement, etc. D’autres nous semblent clairement en rapport avec le contenu même du PAF qui ne répond pas aux attentes réelles de la profession (dans certaines disciplines l’offre est réduite à la portion congrue).

Un enjeu majeur : Le droit individuel à la formation (DIF)

, la DAFPEN a établi un bilan sur la formation continue des enseignants (sur la base de 2006/07) : la moyenne académique est de 13,7 heures de formation/ par enseignant mais si l’on retranche ce qui relève des formations de type « publics désignés », la plupart des disciplines utilisent moins de 5 heures par an. Ainsi la moyenne des heures consacrées par les collègues à une action de formation (hors « publics désignés » et préparation concours) dans des disciplines comme l’Anglais, les Maths, l’Histoire/Géo ou les Lettres est inférieure à 2 heures ! Or, un des enjeux majeurs des années à venir va être la mise en application du Droit Individuel à la Formation (le DIF) conséquence d’une loi de 2004. Un décret vient de paraître (décret n° 2007-1470 du 15 octobre 2007) concernant les fonctionnaires de L’Etat. Le DIF « doit favoriser le développement professionnel des ses fonctionnaires, leur mobilité ainsi que la réalisation de leurs aspirations personnelles ». Surtout le DIF ouvre droit à 20 heures de formation par année de service, cumulable jusqu’à 120 heures sur 4 ans. Ce droit n’inclut pas les formations relevant de « l’adaptation immédiate au poste de travail » : or des formations de type « publics désignés » (présentation d’un nouveau programme) sont clairement « une adaptation au poste de travail ».

Il est facile de faire un rapide calcul : en moyenne certaines disciplines vont devoir « multiplier » par dix le temps consacré à la formation si l’on veut que ce droit soit un droit réel. Cela passera forcément par une offre de formation considérablement améliorée et une réelle possibilité pour les collègues de s’inscrire à ces actions : une offre conséquente, diversifiée et motivante, sans « frein » dans les établissements. Cela suppose de l’Administration une politique volontariste impliquant un effort budgétaire tout aussi conséquent.

L’enjeu est de taille car certaines dispositions réglementaires du décret vont découler de l’instauration de ce droit : obligation pour l’Administration d’informer périodiquement les fonctionnaires des droits acquis, consultation d’une instance paritaire compétente en cas de rejet d’une seconde demande et surtout définition d’ « un projet professionnel » visant à déterminer les besoins de formation à partir d’un entretien de formation « conduit par le supérieur hiérarchique du fonctionnaire ». Quelles seront les conséquences pour la carrière d’un collègue, notamment pour la notation et le passage à la Hors Classe, découlant de ce « projet professionnel » ?...surtout si l’offre de formation reste inconséquente ! Toutes ces questions nous ont amenés à intervenir fortement au dernier CTPA : le Recteur s’est engagé pour l’année prochaine à des groupes de travail sur ce sujet.

Dans cette optique, nous avons besoin de vos remarques et informations pour pouvoir intervenir plus efficacement. C’est pour cela que nous réitérons une enquête sur le PAF.

Merci par avance de la remplir

Jean-François Gay Marie-Damienne Odent

SNES-Versailles Enquête sur le PAF (disponible en fichier joint)

Répondre par mail à secteurlycee@versailles.snes.edu

Nom/Prénom :

Etablissement :

Discipline (très important) :

Etes-vous néo titulaire :

1) Quels problèmes avez-vous rencontrés dans l’accès au PAF (modalités d’inscription, lieux et dates des formations, avis des C/E...) ?

2) Les formations proposées vous semblent-elles suffisantes et satisfaisantes, correspondent-elles à vos attentes disciplinaires ? Sinon, quels objets de formation doivent figurer selon vous au PAF ?

3) Autres questions ou remarques ?


Documents joints

Informations inscriptions PAF 2008-2009
Informations inscriptions PAF 2008-2009
Enquête sur le PAF 2008
Enquête sur le PAF 2008

Derniers articles publiés