Les missions d’orientation : un impossible transfert

Depuis 2003, la question de l’orientation occupe le devant de la scène
lundi 19 mai 2008

Avec la RGPP et les suppressions d’emplois publics, les Conseillers d’orientation-psychologues seront durement touchés (pour notre académie, ce sont 25 postes non remplacés à la rentrée). le transfert sur les enseignants des missions d’orientation qest mis en place dans des circulaires...

Depuis 2003, la question de l’orientation occupe le devant de la scène. Avec la RGPP et les suppressions d’emplois publics, les Conseillers d’orientation -psychologues seront durement touchés (pour notre académie, ce sont 25 postes non remplacés à la rentrée). Le transfert sur les enseignants des missions d’orientation qui relèvent pour l’instant de compétences partagées (enseignants, CPE, COP) est mis en place dans des circulaires (entretiens d’orientation en 3è et en 1 ère, conseils et avis en terminale, parcours de découverte professionnelle de la 5 è à la Tale..).

Cette « Nouvelle Ecole » n’aura pas les mêmes ambitions, n’offrira pas les mêmes services aux élèves et aux familles ni les mêmes chances de réussite pour plusieurs raisons :

  • Une raison liée au positionnement des acteurs  : confier aux enseignants le pilotage des choix professionnels et d’orientation risque de nuire à la relation de confiance nécessaire à toute relation pédagogique en les posant à la fois comme évaluateur des connaissances et comme prescripteur des choix d’orientation.
  • Une raison liée à la formation : l’entretien d’orientation qui est au coeur des dispositifs est un terme « professionnel », une pratique familière des COP pour lequel ils ont été formés à Bac +5 et qui ne peut se transférer aux enseignants à partir de quelques recettes. Comme psychologues, les COP sont mieux à même d’explorer les goûts, les aptitudes et les motivations de l’élève, à saisir dans son histoire singulière les parcours scolaires et les dynamiques du développement et à inscrire cela dans le champ de la connaissance des métiers.
  • Transférer aux enseignants la responsabilité de l’orientation les rendra également perméables aux stratégies des branches professionnelles, du tout apprentissage ou du tout insertion, là où les CIO disposent encore d’une information pluraliste et neutre.

Une école de la réussite non ségrégative socialement nécessite une équipe pluri-professionnelle où les COP contribuent à la réalisation des potentialités de chaque élève, intégrant sa personnalité, son parcours et sa motivation autour de projets ambitieux.

Ce n’est pas ce que nos gouvernants nous proposent.

Claudine Bur, Robert Riquois

Article publié dans Snes Versailles Infos, mai 2008


Derniers articles publiés